@ursus

Captain Watch

score 4748

UrsusVIP

48 abonnements 134 abonnés

  • 2879

    Notés

  • 795

    Envies

  • 2

    Alertes

"Ciel bleu sur Mars."

301 Pitchs

L'Aurore

L'Aurore (1927)

Le premier film américain de Murnau et probablement l'un des plus beaux films jamais tournés. L'expressionnisme dans toute sa splendeur, corps courbés par les sentiments et clairs-obscurs de maître servant une histoire universelle tout en crescendo qui ne peut souffrir du temps.

mardi 2 mars 2021


Léviathan

Léviathan (2014)

Dans des paysages grandioses où les ruines humaines et animales s'amoncellent, Leviathan élabore quelques relations humaines avec une grande finesse, montrant une poignée de personnages qui se débatent dans les méandre d'un Etat vérolé. Bijou visuel pour une histoire poignante.

mardi 2 mars 2021


Oblivion

Oblivion (2013)

Une fois digéré l'esthétique pub Apple sur filtres pastels, Oblivion se révèle une bonne proposition de SF qui fait le job à fond. Rythme très maîtrisé, ambiance peaufinée, crescendo prenant, de bons retournements font passer une histoire qui pouvait se prévoir. Et on adore Tom.

jeudi 25 février 2021


La poursuite infernale

La poursuite infernale (1946)

Ford adapte la légende de Wyatt Earp avec efficacité. Une narration qui file toute seule dans un ensemble très élégant. Comme pour la version de Sturges, je reprocherais peut-être un scénario qui s'égare un peu et gagnerait à être plus direct mais rien qui ne gâche le plaisir.

dimanche 14 février 2021


L'étrange incident

L'étrange incident (1942)

Court western superbement mené où la sauvagerie emporte une horde loin de toute sagesse. Wellman est alors au top et offre un dosage savant, une pointe d'humour, un rythme parfait et une tension dramatique qui tape juste. Fonda y trouve un rôle prémonitoire à 12 hommes en colère.

dimanche 31 janvier 2021


Le Testament du docteur Mabuse

Le Testament du docteur Mabuse (1933)

Formellement, Fritz Lang est au top de sa forme, sortant tout juste de M le maudit et enchaînant sur ce superbe 2ème oppus du Dr. Mabuse, sorte d'ancêtre d'Hannibal Lecter, qui sème la terreur depuis sa cellule d'asile. Parfaitement raconté et exposé, on a là une pépite du genre.

mardi 29 décembre 2020


Femme ou maîtresse

Femme ou maîtresse (1947)

Drame classique avec un triangle amoureux fonctionnel même s'il manque parfois de force. J. Crawford et H. Fonda sont très bons et bien écrits, réussissant à faire passer tout cela sans heurt, parvenant à excuser les longueurs. Preminger a fait bien mieux mais ça reste solide.

lundi 28 décembre 2020


Behemoth le monstre des mers

Behemoth le monstre des mers (1959)

Ce n'est pas avec ce film que Lourié a marqué les esprits c'est sûr. L'ensemble est fatigué et mal rythmé même si ça garde le charme de ces séries B que les 50's voyaient débouler à la pelle. Ce lézard pataud animé en stop motion qui écrase des bouts de Londres ça reste plaisant.

dimanche 27 décembre 2020


Les Ailes

Les Ailes (1927)

Une amitié rivale parfaitement exploitée et des scènes aériennes ahurissantes font du film de Wellman un incontournable du genre. Loin de se contenter d'un hommage à l'aviation américaine, il construit une histoire prenante et rythmée qui fait passer ses 2h24 à une vitesse folle.

dimanche 27 décembre 2020


Park Row

Park Row (1952)

L'émergence du journalisme moderne dans un duel commercial et déontologique. On sent la patte d'un cinéaste qui prend son sujet à cœur, défendant le "vrai" journalisme avec une énergie folle. Court, explosif et très bien réalisé, on a là une pépite qui a des choses à dire.

dimanche 27 décembre 2020


La Couleur de l'argent

La Couleur de l'argent (1986)

Une relation de mentor à élève qui fonctionne très bien due à deux acteurs iconiques et à la mise en scène appuyée de Scorcese. Cette suite au film de Rossen est immédiatement plus 80's, montage dynamique et rythme enlevé (côté Over the top du billard) et ça reste très plaisant.

samedi 26 décembre 2020


Rampage : Sniper en liberté

Rampage : Sniper en liberté (2009)

Réputé pour être le seul film de Boll qui soit un minimum potable et je lui reconnais volontiers cette qualité. Un "Chute-libre-like" idiot et bourrin qui garde quand même une certaine efficacité dans sa brutalité. Ca se suit sans déplaisir et on se demande jusqu'où ça va aller.

samedi 26 décembre 2020


Mortal Kombat

Mortal Kombat (1995)

Mettons ça sur le compte de la nostalgie mais j'suis attaché à ce truc. Quelque part c'est l'une des adaptations qui se fiche le moins de son matériaux d'origine. Ca y ajoute un soupçon d'aventure, des décors très sympas et l'ensemble bas du front passe finalement plutôt bien.

vendredi 25 décembre 2020


Les Trois mousquetaires

Les Trois mousquetaires (2011)

Sans honte, j'ai une grosse affection pour ce machin. Et pour P.W.S. Anderson aussi d'ailleurs. Le gars fait n'importe quoi, pour adapter Dumas à l'écran il mélange Pirates des Caraïbes et Assassin's Creed le tout saupoudré de ninjas. C'est ridicule, marrant mais jouissif aussi.

vendredi 25 décembre 2020


Le colosse de Rhodes

Le colosse de Rhodes (1961)

Film sombre où la plupart des personnages sont rongés par le vice et la perfidie traçant déjà le futur du réalisateur qui s'emploiera à créer des antagonistes cruels et tourmentés. Leone n'est pas encore en état de grâce mais cela reste un peplum rythmé et agréable à suivre.

vendredi 25 décembre 2020


Enragé

Enragé (2020)

Crowe, monumental dans tous les sens du terme, vaut à lui seul le coup d'oeil et on rêve tous de le revoir dans un rôle aussi implacable. En face de lui, Pistorius fait bien le job. Hélas trop de blablas viennent entâcher un récit qui aurait mérité d'être plus intense encore.

vendredi 25 décembre 2020


L'Arnaqueur

L'Arnaqueur (1961)

Débordant de charisme, Newman incarne parfaitement ce joueur brulant de malice et d'orgueil, éjectant de sa vie toutes ses rencontres comme la boule blanche éjecte ses voisines de la table de billard. Direction d'acteurs folle pour cette élaboration de personnages très marqués.

jeudi 24 décembre 2020


Searching : Portée disparue

Searching : Portée disparue (2018)

Un exercice de style qui tape fort et arrive à parfaitement se justifier. Une enquête toute en numérique qui enchaîne les rebondissements et ne laisse pas une seconde de répit, bâtissant un crescendo parfaitement mesuré. Ca sort de nul part et ca fait de suite son petit effet.

mercredi 23 décembre 2020


Ève

Ève (1950)

Une plongée dans les coulisses du théâtre où le talent de comédien prend soudainement une dimension très pragmatique et statégique. Mankiewicz offre une oeuvre magistrale, dirigeant ses acteurs avec une justesse rare. Une galerie de personnages passionnante du début à la fin.

mercredi 23 décembre 2020


Docteur Mabuse, le joueur

Docteur Mabuse, le joueur (1922)

Avec 10 ans d'avance, Fritz Lang met en garde l'Allemagne contre les manipulations de masse. Le docteur Mabuse est fascinant, adoptant une galerie de visages pour incarner un génie du mal. La mise en scène expressionniste est sublime et aide à graver le film dans les mémoires.

mardi 22 décembre 2020


Le château du dragon

Le château du dragon (1946)

Premier film et Mankiewikz en impose déjà avec des cadres léchés et noirs et blancs superbes. Débutant sur un ton léger ça tourne vite au conte obscure digne de E. Poe ou de D. du Maurier. Price est inquiétant et Tierney lui fait face avec force. Ca retombe sur la fin cependant.

lundi 21 décembre 2020


Sky Sharks

Sky Sharks (2020)

On sait ce qu'on va voir quand on lance Sky Sharks et on peut même en prime se réjouir des effets gores supervisés par Tom Savini (s'il vous plaît). Reste que c'est assez chiant par moment (un comble pour un film de requins nazis) et trop long. Drôle mais en dessous des Iron Sky.

lundi 21 décembre 2020


Jules César

Jules César (1953)

Difficile de rester de marbre devant tant d'implication de toutes parts. Réalisée par un taulier qu'on ne présente plus et portée par des acteurs fabuleux (Brando trouve ici encore un rôle pour lequel il était d'avance taillé), cette adaptation de Shakespeare s'avère brillante.

dimanche 20 décembre 2020


Les Sept Mercenaires

Les Sept Mercenaires (1960)

Dès le début, McQueen et Brynner escortant un corbillard, ça suinte tant le charisme qu'on frissonne à chaque réplique. Le reste du film est tellement énorme (casting énorme, fusillade énorme, mise en scène énorme...) que l'ensemble parvient à être le meilleur remake du monde.

lundi 14 décembre 2020


Chaînes conjugales

Chaînes conjugales (1949)

Entre drame et comédie, ce film amorce dès le début une histoire prenante, non dénuée d'un certain sadisme envers ses personnages. Jouant le doute, la jalousie ou l'envie à merveille, les actrices accrochent immédiatement, portées par la mise en scène charmante de Mankiewicz.

samedi 12 décembre 2020


L'Affaire Cicéron

L'Affaire Cicéron (1952)

Une histoire d'espionnage et de trahison d'état mise en scène avec une grande élégance. Tout est amené avec tact et le suspense fonctionne parfaitement, épaulé par des personnages savamment construits. Mankiewicz est un cinéaste solide qui ne lâche pas une seconde le spectateur.

samedi 12 décembre 2020


Le Doulos

Le Doulos (1962)

Film noir très efficace et astucieux, s'amusant à perdre (un peu) le spectateur dans sa narration. C'est du Melville donc c'est pluvieux, solide de bout en bout et plastiquement superbe. Les acteurs font admirablement leur job et parviennent à faire passer les quelques longueurs.

dimanche 6 décembre 2020


Les rois du soleil

Les rois du soleil (1963)

Film qui s'attarde sur une période historique trop peu exploitée. Certes c'est une mixture hollywoodienne mais ça reste très plaisant à suivre. Une réalisation sympa (avec une foule impressionnante de figurants) à voir surtout pour Yul Brynner, toujours aussi félin et magnétique.

samedi 5 décembre 2020


Duel

Duel (1971)

La matrice d'une partie du cinéma du réalisateur, Duel lance un type dans un cauchemar d'enfant. Une route sans fin, une voiture aux apparences de jouet, un monstre mécanique ronflant et implacable, une caméra virtuose poussée par une restriction de moyens. De peu naît un bijou.

dimanche 29 novembre 2020


Le champion

Le champion (1931)

Film de boxe qui n'en est pas vraiment un, s'attardant surtout sur la relation entre un père ancien champion, déchu et alcoolique et son fils qui l'idéalise corps et âme. La relation est intéressante sans être originale mais l'ensemble fait très bien le job et tient en haleine.

dimanche 29 novembre 2020


Rashômon

Rashômon (1950)

Différents points de vue qui s'enchaînent et s'encastrent, ce concept maintes fois repris trouve ici sa forme la plus marquante. Rythme soutenu, caméra virtuose, théâtralité de circonsance : ce portrait d'une humanité sordide affronte les années avec une solidité insolente.

samedi 21 novembre 2020


Napoléon

Napoléon (1927)

Une fresque qui laisse bouche bée devant tant d'inventivité et d'efficacité. Une ingéniosité lourde de sens à chaque plan. Tout est splendide, le noir et blanc expressioniste, la mise en scène de maître, Albert Dieudonné magnétique, le rythme qui reste parfait malgré la durée.

samedi 14 novembre 2020


7h58 ce samedi-là

7h58 ce samedi-là (2007)

Lumet et les braquages, ça fait toujours bon ménage. Celui-ci fragmente sa narration et adopte plusieurs points de vue pour réconstituer son intrigue progressivement. C'est maîtrisé de bout en bout et emmené par des acteurs très efficaces. Des relations familiales qui cognent.

samedi 7 novembre 2020


Le Gang  Anderson

Le Gang Anderson (1971)

Un Lumet qu'on pourrait facilement qualifier de "mineur" mais venant du monsieur, ça reste de bonne qualité. Film de braquage avec zest d'espionnage tout à fait prenant avec un Sean Connery toujours très bon. Le rythme est là et la tension sait se faire une place quand il faut.

samedi 7 novembre 2020


Le mécano de la General

Le mécano de la General (1926)

On pourrait vendre ce joyau comme l'ancêtre de Mad Max Fury Road. Une course poursuite effrénée sans le moindre temps mort où le burlesque rejoint le stress. Une inventivité qui déborde de partout, des cascades et acrobaties qui laissent bouche bée et un sens du rythme inégalé.

samedi 7 novembre 2020


Love on Delivery

Love on Delivery (1994)

La plus belle romance de Chow (et il s'y connaît), on retrouve là tous les atouts de son cinéma : Des références amoureuses, des personnages attachants et un savoir faire technique impressionnant qui sert l'épique comme le comique, l'un et l'autre se désamorçant sans cesse.

dimanche 1 novembre 2020


King of Comedy

King of Comedy (1999)

Le cinéma de Chow dans ce qu'il a de plus fort, alliant avec finesse le rire à la tendresse. Ici ça prend les traits d'un bel hommage au cinéma, plongeant dans certaines de ses coulisses avec une inventivité comique folle. Mention à la reprise de Fist of Fury en pièce de théâtre.

dimanche 1 novembre 2020


Pollock

Pollock (2000)

Avant toute chose : Ed Harris. Il est incroyable. On oublie rapidement l'acteur pour suivre un bout de vie du peintre de l'expressionnisme abstrait, dévoré par son besoin de peindre et les contraintes plus terre à terre d'une situation parfois précaire. Réalisation efficace.

dimanche 1 novembre 2020


Le Monde perdu

Le Monde perdu (1960)

Le plus connu des films de "slurpasaurs" (lézards bien réels déguisés avec des cornes et des collerettes), cette version d'Allen a marqué toute une génération. Impressionnant pour l'époque, elle garde un charme désuet aujourd'hui même si on préfère évidemment la version de Hoyt.

vendredi 30 octobre 2020


The Killer

The Killer (1989)

Le polar de John Woo par excellence. Toutes les particularités de son cinéma poussées à leur extrême. Du mélodrame débordant, des ralentis ostentatoires, une bromance de frères ennemis : la naissance et la quintescence de l'opéra armé. L'excès dans ce qu'il a de plus sublime.

vendredi 30 octobre 2020


Conan le barbare

Conan le barbare (1982)

Milius fait des merveilles en montrant un monde au pouvoir de suggestion fascinant. Howard ne pouvait espérer meilleure adaptation que ces plaines désolées et ces ruines antédiluviennes. La musique de Poledouris, omniprésente, contribue à marquer cette fresque dans les mémoires.

vendredi 30 octobre 2020


Rebelles

Rebelles (2019)

Loin des a prioris qu'on pouvait aisément se faire, Rebelles est une comédie acide à l'humour caustique renforcé d'influences bien appropriées (on reconnaît Leone ou Peckinpah, rien que ça !). C'est drôle, pêchu, émouvant quand il faut et conduit par un trio d'actrices au top.

jeudi 29 octobre 2020


Le Chant du loup

Le Chant du loup (2019)

Film qui joue très bien son rôle de piège à claustrophobes et qui s'offre de plus un scénario anxiogène (fait penser à Point Limite de Lumet) qui tient en tension jusqu'aux derniers instants. Le réal frappe fort et montre une maîtrise sur tous les plans qui mérite les honneurs.

jeudi 29 octobre 2020


Swordsman 2 : La Légende d'un guerrier

Swordsman 2 : La Légende d'un guerrier (1992)

Ching Siu-tung (et Tsui Hark pas très loin derrière la caméra) se déchaîne et livre l'opus le plus fou de la trilogie. Li et Lin virevoltent dans tous les sens, tous s'envolent et s'enragent dans des combats furieux superbement mis en scène. Le wu xia pian des 90's à son sommet.

jeudi 29 octobre 2020


The Brink

The Brink (2017)

Li Chung-chi est une nouvelle référence en terme de chorégraphie d'action (job remarquable sur SPL2) et ça se voit. C'est dynamique, lisible et parsemé de bonnes idées. Hélas, ni l'histoire ni les acteurs ne donnent envie de s'intéresser vraiment à ce qui se passe à l'écran.

jeudi 29 octobre 2020


Le territoire des loups

Le territoire des loups (2011)

Film surgi de nul part qui a redonné pour un temps ses lettres de noblesse au genre de la terreur animale. Une réalisation sobre et contemplative, faisant place à la suggestion (les hurlements nocturnes) et à une tension palpable dans un monde où tout devient danger. Du très bon.

jeudi 29 octobre 2020


Burn Out

Burn Out (2017)

Wow eh béh. C'est fichtrement bien fichu comme petit film d'action. Dynamique, visuellement très réussi avec une photo léchée, quelques petites idées de mise en scène bien venues, un bon travail sur le son, François Civil toujours bon. Du très bon boulot pour un réal à suivre.

mercredi 28 octobre 2020


Week-end

Week-end (1967)

Godard, fidèle à lui-même, brise les codes établis, joue tant avec la surprise du spectateur qu'avec ses nerfs et vire ici parfois dans une forme d'absurde assez fascinant. Pas toujours évident à encaisser, ça reste une oeuvre techniquement aboutie et assez unique en son genre.

mardi 27 octobre 2020


Les Rongeurs de l'Apocalypse

Les Rongeurs de l'Apocalypse (1972)

Tiré d'un évènement réel (prolifération incontrôlée de lapins en Australie), Night of the lepus imagine un grand n'importe quoi à base de lapins géants meurtriers qui écrasent tout sur leur passage. C'est évidemment mauvais mais pas dénué d'un certain enthousiasme communicatif.

dimanche 25 octobre 2020


Frogs

Frogs (1972)

L'affiche (magnifique, elle justifie à elle seule ce film) laissait imaginer un The Birds avec des grenouilles. C'est probablement ce que tente de faire McCowan mais sans le moindre succès. Tout est chiant du début à la fin, sans tension ni saveur, saupoudré d'acteurs en carton.

dimanche 25 octobre 2020


Barry Lyndon

Barry Lyndon (1975)

Le vaisseau amiral de la fresque historique. Kubrick à son sommet raconte le "rise and fall" de Barry Lyndon et fait le lien entre cinéma et peinture classique. Une mise en scène d'une rigueur maladive, sens du grandiose et ces lumières qu'on croirait évadées de chez Vermeer.

dimanche 25 octobre 2020


La chose surgit des ténèbres

La chose surgit des ténèbres (1957)

On adore l'idée, on adore la grosse bête en latex, on adore les décors en carton qu'elle démolit. C'est de la bonne série B des années 50, un film comme y en avait des dizaines à l'époque mais Juran est loin d'être un débutant dans le genre et assure un minimum de spectacle.

dimanche 25 octobre 2020


Quai des Orfèvres

Quai des Orfèvres (1947)

Clouzot est un maître de la mise en scène et le prouve à chaque plan. Photo magnifique, sens du cadre et de l'espace impressionnant, le film, plastiquement très solide, expose une histoire parfaitement construite et conduite par des acteurs au top. Louis Jouvet est impérial.

dimanche 25 octobre 2020


Massacre à la tronçonneuse

Massacre à la tronçonneuse (1974)

Hooper livre un éclat de génie brut. Mise en scène organique, crasseuse, suffocante, musique à la scie circulaire, pouvoir de suggestion qui laisse la part belle à l'imaginaire. Il ose et tente un tas de truc pour nous agripper au cœur de son histoire cradingue et ça fonctionne.

samedi 24 octobre 2020


La Loi du silence

La Loi du silence (1953)

Ce cher Alfred adore imaginer les situations les plus vicieuses pour tourmenter ses personnages. C'est ici un bel exemple que ce curé pris entre déontologie et morale. Un film qui tient de bout en bout grâce à une mise en scène ingénieuse, un suspense et un rythme sans faille.

samedi 24 octobre 2020


Le Crime était presque parfait

Le Crime était presque parfait (1954)

Une intrigue ficelée par l'orfèvre du suspense et mise en scène avec un talent qu'on ne présente plus (photo des scènes nocturnes impeccable, sens du cadre et du déplacement toujours efficace). C'est fluide, sacrément malin et traversé par des acteurs très bons dans leur rôle.

vendredi 23 octobre 2020


Les Oiseaux

Les Oiseaux (1963)

Tout ce qu'Hitchcock prend à Daphné du Maurier, il l'adapte avec un brio effarant. Le changement d'attitude progressif des oiseaux est porté par une mise en scène superbe, fortifiée par des idées de génie. Un bémol : le tout est ralenti par une romance un peu moins intéressante.

vendredi 23 octobre 2020


Le Faux Coupable

Le Faux Coupable (1956)

La finesse d'exécution de la mise en scène nous plonge avec le personnage principal dans un cauchemar progressif et finit par ébranler nos certitudes. Henry Fonda est fidèle à lui même : exceptionnel, offrant un personnage idéal pour cette histoire en apparence abracabrantesque.

vendredi 23 octobre 2020


Nightmare Cinema

Nightmare Cinema (2018)

Film à sketchs qui fait son job. Sympatique, respirant l'amour du genre, on est dans la droite lignée de Twilight Zone ou Darkside. Le ton varie selon les segments mais l'ensemble reste constant en qualité. Du fun, du gore bien fichu, quelques bonnes idées. Idéal avec une pizza.

vendredi 23 octobre 2020


Michel-Ange

Michel-Ange (2019)

Très bon pour la réconstitution, le contemplatif, la trogne de Testone idéale pour le rôle : C'est plastiquement magnifique. On peut cependant regretter cet axe intimiste certes intéressant mais restreint, qui manque de montrer le plus grand maître du Quattrocento à l'oeuvre.

vendredi 23 octobre 2020


La Légende des héros

La Légende des héros (1987)

Dérivé d'Armour of God avec une Michelle Yeoh dévouée à son rôle. Une comédie d'aventure réussie, blindée de combats dynamiques et bien chorégraphiées, parsemée d'un humour pas désagréable et de personnages sympatoches. Ca se regarde avec plaisir, certes sans rien révolutionner.

samedi 10 octobre 2020


Antebellum

Antebellum (2020)

L'influence de Peele se voit dans la photo magnifique et l'atmosphère tout en étrangeté. L'aspect Blumhouse, lui, c'est des personnages caricaturaux jusqu'à l'os dans un ensemble purement maniéchéen sans grandes nuances. Le tout fonctionne pas mal et sait surprendre malgré tout.

dimanche 20 septembre 2020


The Witch

The Witch (2015)

Film à ambiance de qualité qui pénètre jusqu'aux os par son atmosphère glacée. Clairs obscurs à tomber rappelant De La Tour ou Caravage, paysage silencieux qui guette ses proies, montée dans la paranoÏa et le désespoir. Eggers affirme son style par une galerie d'images fortes.

samedi 5 septembre 2020


Monsieur Joe

Monsieur Joe (1949)

Willis O'Brien (père de King Kong) s'offre un associé de choix : Le jeune Ray Harryhausen, trop heureux de travailler avec son dieu. Ces deux créateurs de marionnettes vivantes s'éclatent avec ce gorille géant à la colère destructrice. Un nouveau grand singe qui mérite le détour.

mercredi 2 septembre 2020


L'Oasis des tempêtes

L'Oasis des tempêtes (1957)

D'un charme rétro irrésistible pour ceux de mon espèce, ce film est une friandise qui mérite le détour. Énième histoire de monde perdu avec des costumes de dinosaures vaguement bricolés, cette aventure Julesvernesque s'avère très plaisante et offre un univers pulp efficace.

samedi 29 août 2020


Creepies

Creepies (2003)

C'est terrible d'avoir mauvais goût parfois. Comment expliquer à qui que ce soit qu'un délire pareil à base d'araignées en caoutchouc lancées sur une maquette de ville pleine de petites voitures pour simuler une invasion d'arachnides mutants, ça peut avoir un certain charme ?

lundi 24 août 2020


Le Monstre des Temps Perdus

Le Monstre des Temps Perdus (1953)

Lourié livre ici sa plus belle oeuvre en adaptant La Corne de brume de Ray Bradbury, engendrant la scène du phare en clair-obscur. L'autre Ray, le grand Harryhausen fait des merveilles avec la créature et il n'est pas étonnant que ce film ait inspiré Ishiro Honda pour son Gojira.

dimanche 23 août 2020


Le lac aux oies sauvages

Le lac aux oies sauvages (2019)

Une mise en scène de gourmet avec cette photographie mi béton mi néon et une grande inventivité dans les cadres où l'arrière plan se révèle toujours prêt à surprendre. Des longueurs brisées par une violence brute pour un polar noir (et rose) qui tient parfaitement en haleine.

samedi 22 août 2020


Tasmanian Devils

Tasmanian Devils (2013)

C'est d'une nullité stratosphérique mais quand je tombe sur ce genre de truc c'est horrible, j'peux pas m'empêcher de regarder. Mine de rien c'est un degré au dessus d'un The Asylum, y a un ou deux plans à peu près soignés. Dans le genre, Zombeavers (j'adore) est bien au dessus.

jeudi 20 août 2020


La Isla mínima

La Isla mínima (2014)

Polar de référence mis en scène avec un sacré savoir faire. Une photo impeccable (clairs-obscurs, reflets jaunâtres, lumière tamisée) et une caméra qui sait toujours parfaitement où se placer et se déplacer pour imerger le spectateur. Acteurs impliqués et intrigue prenante.

dimanche 16 août 2020


L'Homme des Hautes Plaines

L'Homme des Hautes Plaines (1973)

L'une des plus fameuses pièces du mythe de l'homme sans nom cher à Eastwood, cavalier solitaire au passé ensanglanté. Aussi fascinant qu'inquiétant, il est parfait dans ce rôle d'anti-héros et met en scène ce nouveau conte de vengeance en clair obscur de manière délectable.

dimanche 16 août 2020


Mort ou vif

Mort ou vif (1995)

Sam Raimi qui s'attaque au western, c'est l'assurance de voir les codes les plus outranciers du genre démultipliés par 10. Zooms, gros plans, cadre de biais en tous genres, la caméra ne cesse de s'affoler sans jamais perdre en maîtrise. Un western cartoonesque vraiment jouissif.

dimanche 16 août 2020


Pale Rider, le cavalier solitaire

Pale Rider, le cavalier solitaire (1985)

Le titre ne ment pas, c'est une nouvelle version du cavalier solitaire par Eastwood. Celui-ci est peut-être mon favori tant l'atmosphère étrange, pleine de questions en suspend, entourant le pasteur est fascinante. Acteurs idéaux dans leur rôle assurant des scènes de haut vol.

dimanche 16 août 2020


Josey Wales hors-la-loi

Josey Wales hors-la-loi (1976)

Intro : En quelques minutes, Eastwood passe de père de famille heureux à cavalier solitaire et ivre de vengeance. Réalisation honorable, décors sublimes, alternance de violence rude et d'humour rendant les personnages très attachants, finesse d'écriture... Du grand Eastwood.

dimanche 16 août 2020


Pendez-les haut et court

Pendez-les haut et court (1968)

Après Leone, Eastwood et Post continuent de bâtir le mythe du cavalier solitaire, lui donnant ici une quête de vengeance acharnée. Réalisation encore très inspirée du w. spaghetti (zooms, gros plans en pagaille) pour ce film opposant la loi du talion à la justice réglementée.

dimanche 16 août 2020


Le procès

Le procès (1962)

Adapter le livre de Kafka était une épreuve de haut vol et force est d'avouer que Welles s'en tire avec les honneurs. Une mise en scène de folie qui parvient à traduire cette inquitante étrangeté propre à l'auteur pragois. Une tension progressive où l'absurde devient satire.

dimanche 9 août 2020


Léon Morin, prêtre

Léon Morin, prêtre (1961)

Débutant avec un conflit de croyance, on dévie progressivement vers la relation ambigue entre un prêtre et une sceptique. Amené avec tact et porté par un duo d'acteurs dévorant l'écran, le film, réalisé avec la force habituelle de Melville, fait mouche et accroche jusqu'au bout.

vendredi 7 août 2020


Le Grand Silence

Le Grand Silence (1968)

La neige, assez rare dans un western pour dépayser, glace d'emblée. Corbucci met en place un film violent, arborant un style brutal, parfois frénétique. Morricone ajoute une note de chambara et crée une tension palpable où Kinski et Trintignant mènent un face à face remarquable.

vendredi 7 août 2020


Dersou Ouzala

Dersou Ouzala (1975)

Ode à la nature sublime de bout en bout, Kurosawa offre l'adaptation parfaite du (passionnant) journal d'Arseniev. Une histoire d'amitié entre le topographe et son guide Dersou dans une taïga changeante que l'un apprendra à aimer et l'autre à redouter. Impactant à tous niveaux.

jeudi 6 août 2020


Barberousse

Barberousse (1965)

Kurosawa l'humaniste peint une série de personnages marqués, trouvant toujours la beauté dans le sordide, la joie la plus pure dans la fatalité. Noir et blanc flirtant avec l'expressionnisme, acteurs d'une justesse folle (Mifune impérial), portée sociale percutante : Magnifique.

mercredi 5 août 2020


La Fracture

La Fracture (2019)

Sam Worthington, on ne le voit pas assez, rien que pour ça, j'me sens l'âme généreuse. Reste qu'on a une ambiance réussie, ténébreuse même en plein jour ou sous les néons d'un hôpital kafkaïen. Ca ne tient pas la route jusqu'au bout (fin trop explicite) mais l'intention est là.

samedi 1 août 2020


Jabberwocky

Jabberwocky (1977)

La quête héroïque selon Guilliam : Un royaume miteux, un roi ridicule, un héros malgré lui dans des situations absurdes... Guilliam se lance en solo dans une aventure médiévale très liée à l'univers des MP. Une comédie d'aventure qui fait mouche. Et ce style visuel, un bonheur.

jeudi 30 juillet 2020


Madre

Madre (2019)

A elle seule, la séquence d'ouverture, une prouesse tant d'actrices que de réalisation, vaut le déplacement en salle. Le reste nous fait suivre avec maîtrise la quête désespérée d'une mère à la poursuite d'un fantôme. Le réal d'El Reino confirme son talent avec ce film lancinant.

jeudi 30 juillet 2020


Ip Man 4 : Le Dernier Combat

Ip Man 4 : Le Dernier Combat (2019)

Une fois les aspects hagiographique et manichéen acceptés, ce volet final est une conclusion jubilatoire pour qui s'est attaché au maître et à son célèbre élève. Rythme effrené, chorégraphies détonnantes et un Bruce Lee mis en scène par Yuen Woo Ping qui vaut le détour.

mercredi 29 juillet 2020


Bacurau

Bacurau (2019)

Le film prend son temps, s'installe avec lenteur pour haper complètement dans son univers dès la deuxième partie. Les premiers indices apparaissent, semés habilement, et l'ensemble prend une direction soudainement fascinante. Les acteurs sont au top et la mise en scène solide.

mercredi 29 juillet 2020


Predator

Predator (1987)

Champ : Yeux apeurés sur un corps sculptural démuni. Contrechamp : La jungle tapie, terriblement patiente. McT., comte Zaroff moderne, organise la partie de traque ultime où tout chasseur peut devenir la proie. Sens de l'espace et de la tension uniques : McT. est irremplaçable.

mardi 28 juillet 2020


Les Tueurs

Les Tueurs (1946)

Film noir visuellement très abouti, servi dans une mise en scène globale efficace. L'ouverture plonge immédiatement dans l'histoire qui tient le rythme tout du long vers un final saisissant. Ava Gardner accroche tous les regards et le reste du casting est idéal également.

mardi 28 juillet 2020


Certains l'aiment chaud

Certains l'aiment chaud (1959)

Acteurs d'exception, aussi drôles que touchants, mise en scène au sommet avec des scènes d'une grande efficacité visuelle (comme la course poursuite d'ouverture qui n'a pas pris une ride), situations comiques qui tapent juste, finesse d'écriture... Wilder fait des merveilles.

dimanche 26 juillet 2020


Indiscrétions

Indiscrétions (1940)

Une comédie qui fonctionne du tonnerre, portée par des acteurs à la répartie aiguisée, avec notamment le duo brillant Katharine Hepburn - Cary Grant qui confine à l'osmose idéale. Rythmé, drôle, réalisé avec une efficace simplicité, le film de Cukor fait son job à merveille.

mercredi 22 juillet 2020


Boulevard du Crépuscule

Boulevard du Crépuscule (1950)

L'art de la narration cinématographique à son sommet. La mise en scène, exemplaire, accroche dès les premiers mots de la voix off et ne vous libère que lors du final anthologique. Enjouée, parfois acide mais toujours amoureuse, la caméra de Wilder parle de cinéma avec finesse.

mardi 21 juillet 2020


Témoin à charge

Témoin à charge (1957)

Un grand film de procès où, comme sait si bien le faire Billy Wilder, comédie et drame font bon ménage. Une mise en scène impeccable et des acteurs impériaux assurent un moment passionnant, sans temps mort et parsemé de quelques retournements tout à fait savoureux. Du tout bon.

dimanche 19 juillet 2020


La fête à Henriette

La fête à Henriette (1952)

Deux scénaristes opposés dans leur vision construisent pas à pas le film devant nous. Concept original superbement bien exploité par Julien Duvivier qui organise progressivement une petite leçon de mise en scène. Comédie d'une grande maîtrise portée par des acteurs admirables.

dimanche 19 juillet 2020


House

House (1977)

Au hasard : Une fille dévorée par un piano, un combat contre un téléphone possédé, une femme avec un 3ème oeil dans la bouche... House est expérimental, inclassable et à mi-chemin entre tout, surprenant à chaque plan et inventif tant dans son scénario que dans sa mise en scène.

jeudi 16 juillet 2020


Kwaïdan

Kwaïdan (1964)

Film en quatre histoires d'une beauté plastique renversante, Kobayashi aborde le fantastique horrifique avec sa finesse habituelle : une grande poésie et une mise en scène d'orfèvre. Les quatres contes apportent tous quelque chose et sont égaux en qualité. Chef d'oeuvre.

jeudi 16 juillet 2020


Assurance sur la mort

Assurance sur la mort (1944)

Le film noir par excellence. Tout y est : La voix off, le noir et blanc contrasté, les personnages guidés par le vice, un dilemme romantique... Billy Wilder façonne un étalon du genre qui vaut le détour, très bien ficelé et porté par des acteurs au top (mention à E. G. Robinson).

dimanche 28 juin 2020


Le mystère Picasso

Le mystère Picasso (1956)

Procédé novateur pour l'époque qui permet d'exposer la recherche perpétuelle d'un Picasso toujours à l'oeuvre, constamment attiré vers la toile. Niveau mise en scène, c'est limité et laisse surtout rêver à un biopic sur l'artiste dont la vie appelle à l'oeuvre cinématographique.

samedi 27 juin 2020


Drug War

Drug War (2012)

Très bon polar des années 2010, bien ficelé, alletant et mené par des acteurs dévoués. Photo léchée, réalisation de Johnnie To toujours en finesse (et ici sans excès de style), et rythme idéal. C'est recommandable pour ceux qui ont apprécié le génial Infernal Affairs par exemple.

vendredi 26 juin 2020


La Passion Van Gogh

La Passion Van Gogh (2017)

Le défi technique est ahurissant. Pour qui aime le peintre fauviste, c'est un bonheur de retrouver toutes ses toiles prenant vie. Une forme superbe pour un fond qui contient hélas des longueurs dans son enquête. Mais rien que pour le plaisir de voir La Nuit étoilée bouger...

samedi 20 juin 2020


Arachnia

Arachnia (2003)

J'ai de l'affection pour Bett Piper dont on pourrait qualifier les films de mauvais mais généreux. Le gars est un artisan de la stop-motion et fabrique des histoires sans intérêt qui n'ont pour seul but que de mettre en scène ses bêtes. Ca suinte l'amour du genre et l'amusement.

lundi 1 juin 2020


Creed II

Creed II (2018)

Plus ça avançait et plus je me rendais compte que je voulais voir un film DRAGO. Un point de vue nouveau, du côté de la défaîte sans lendemain de tout bon antagoniste des années 80. Reste que Creed 2 fait plaisir et concrétise ce fantasme qu'on avait depuis le précédent.

mardi 19 mai 2020


Course à la mort

Course à la mort (2008)

Que d'l'amour ce film. De l'amour fou. De l'action non-stop à base de taule froissée, d'explosions et de blessures cradasses, c'est bien poisseux, bien brûlant comme il faut. Ce n'est pas réalisé avec génie mais à ce stade on pardonne. Le meilleur film de son tâcheron de réal.

lundi 18 mai 2020


Life, l'aventure de la vie

Life, l'aventure de la vie (2009)

Nous sommes ici tout au sommet de ce qui s'est fait en documentaires animaliers. La BBC, c'est une technique de pointe, des images magnifiques, une mise en scène étudiée et une narration aussi intéressante que plaisante à écouter (ici Sir David Attenborough offre sa voix en or).

dimanche 17 mai 2020


Fulltime Killer

Fulltime Killer (2001)

C'est pas original et écrit à l'économie mais alors niveau action c'est fait avec une telle fougue, une telle maîtrise qu'on est emporté dans le truc sans décrocher tout du long. Blindé de références toutes digérées et régurgitées avec talent, FTK est une pépite du genre. Foncez.

mercredi 13 mai 2020


La Momie

La Momie (2017)

C'est pas dégueulasse visuellement, il y a une vraie volonté de ressusciter l'esprit de la Hammer : pavés luisants, lampadaires blafards, brume nocturne. Mais l'intrigue ne s'offre aucune bravoure et ne donne que peu de contenance à son sujet, l'ensemble s'avérant vite oublié.

mardi 12 mai 2020


Piège à Hong Kong

Piège à Hong Kong (1998)

Intéressant à voir pour la réalisation de Tsui Hark particulièrement détectable lorsqu'elle est apposée sur un ensemble qui, du reste, est on ne peut plus quelconque dans le genre. On obtient de petits moments de folie qui en ressortent d'autant plus. Le final tient la route.

mardi 12 mai 2020


Night and Day

Night and Day (2010)

J'adore ce film. Mangold accumule les clichés qu'on peut avoir sur Tom Cruise (un super type survivant à tout avec le sourire) et en fait un pur moment de défoule drôle et jouissif. Cameron Diaz n'est pas en reste et complète parfaitement le duo dans cet actionner bon enfant.

mardi 12 mai 2020


Tiger on the Beat

Tiger on the Beat (1988)

Buddy movie à l'américaine où font équipe deux flics de caractères opposés. Surprenant d'avoir Liu Chia-liang à la réalisation mais cela assure des chorés efficaces et de beaux moments de bravoure (duel à la tronçonneuse). L'ensemble inégal vaut surtout pour son final de dingue.

samedi 9 mai 2020


Matango

Matango (1963)

Ishiro Honda, papa de Godzilla, s'attaque à une aventure qu'on pourrait voir comme une rencontre entre Jules Verne et Georges Roméro. Aventure horrifique aux teintes écologiques prenant peu à peu la forme d'un cauchemar fiévreux et qui se permet en plus une fin intéressante.

vendredi 8 mai 2020


Shen bu you ji

Shen bu you ji (1980)

Kung-fu comédie pur jus qui brille grâce à son réalisateur, Sammo Hung, d'un enthousiasme toujours très communicatif et d'une générosité sans relâche. Evidemment, comme c'est Sammo aux commandes, les chorégraphies sont de très bonne facture et ne manquent jamais d'idées.

vendredi 8 mai 2020


She Shoots Straight

She Shoots Straight (1990)

Le fleuron du genre "Girls with guns" à mon sens. Une histoire de vengeance très efficace toute en montée en frénésie pour s'offrir un final de folie. Corey Yuen à la réalisation et Sammo Hung aux chorégraphies assurent un spectacle aussi beau que rythmé où les coups tapent fort.

jeudi 7 mai 2020


Angel Terminators 2

Angel Terminators 2 (1993)

Plus dynamique, plus violent, plus rythmé que le premier, AT2 explose vraiment et arrive au panthéon des meilleurs girls with guns. Moon Lee, l'une des reines du genre, est surinvestie et les autres rôles ne sont pas en reste. Polar d'action jouissif qui ne s'accorde aucun repos.

jeudi 7 mai 2020


Le Fils de Kong

Le Fils de Kong (1933)

Réalisé avec les restes de King Kong et sorti la même année pour exploiter le filon, ce film n'a pas une once d'intérêt comparé à son aîné mais O'Brien rempile à l'animation et ça fait plaisir. Des combats de bestioles assez sympathiques pour une aventure qui se laisse regarder.

mercredi 6 mai 2020


Il était une fois dans l'Ouest

Il était une fois dans l'Ouest (1968)

La fin d'un monde sous nos yeux, nous laissant contempler les vestiges sauvages au milieux des prémices de l'ère mécanique. Leone s'adonne à la fresque avec maestria, offrant une galerie de personnages aussi fantasmés que pertinents, tirant leur révérence au grand Ouest rêvé.

mardi 5 mai 2020


Parents

Parents (1989)

Comédie horrifique sympathique qui installe progressivement une atmosphère étrange et de plus en plus inquiétante. Le gamin comme ses parents, assez flippants, s'accordent pour créer ce climat, jouant sur la fine frontière entre délire et réalité et l'ensemble captive facilement.

lundi 4 mai 2020


L'Homme tranquille

L'Homme tranquille (1952)

Une très belle réalisation de Ford, plus posée qu'à l'accoutumée mais qui sait transmettre la poésie des décors irlandais comme il expose le gigantisme du grand Ouest. John Wayne offre un grand rôle, très touchant en boxeur éteint, et donne tout son sens au titre du film.

lundi 4 mai 2020


Le train sifflera trois fois

Le train sifflera trois fois (1952)

Western en temps réel installant sa tension sur l'attente d'un train pendant 1h20 qui se révèle toujours absolument efficace, direct et d'une intensité remarquable. Cooper est idéal dans ce rôle flegmatique et Katy Jurado incarne un personnage féminin à la personnalité marquée.

lundi 4 mai 2020


Carnosaur

Carnosaur (1993)

Une série Z blindée de costumes et de marionnettes en caoutchouc. Ça peut prêter à rire mais cette production fauchée a son lot de petites idées intéressantes, notamment sa fin qu'on n'imaginerait pas trouver ailleurs. Du sang, du fun et de l'audace, Corman produit et ça se sent.

lundi 4 mai 2020


Jurassic Park III

Jurassic Park III (2001)

Plus rapide, ce 3 ne laisse pas de répit. Plus bourrin aussi, sans grande subtilité mais ça apporte tout de même son lot de scènes intéressantes. La volière donne un excellent moment et les raptors en meute inquiètent. Mise en scène qui reste efficace et Grant toujours attachant.

lundi 4 mai 2020


Le monde perdu : Jurassic Park

Le monde perdu : Jurassic Park (1997)

Un rythme un peu bancal mais la mise en scène de Spielberg fait toujours mouche. Certaines scènes demeurent des bijoux de tension (couple de T-Rex sur la caravane, les hautes herbes, les compsognathus) et font de ce film un incontournable pour les fanas d'écailles et de griffes.

lundi 4 mai 2020


Ebola Syndrome

Ebola Syndrome (1996)

C'est de la Catégorie 3 (interdit - 18 ans : Gore, sexe et gros délire), c'est donc très particulier mais ça s'avère ici aussi généreux que drôle. Du sang par litres, un certain comique de situation et une histoire qui ose tout assurent un bon moment à qui suivra le délire.

dimanche 3 mai 2020


L'Accusé

L'Accusé (2016)

Suspense haletant qui tient jusqu'au bout, écriture de qualité, acteurs tout en justesse pour ce thriller d'orfèvre. Le tout est servi dans une réalisation qui force le respect : Photo léchée, décors qui en jettent, mise en scène fonctionnelle et parsemée de bonnes idées. Bijou.

samedi 2 mai 2020


Tiger Cage 2

Tiger Cage 2 (1990)

Ce 2ème opus dépasse son prédécesseur à tous les niveaux. L'histoire sans intérêt n'est qu'un prétexte pour des scènes d'action de haute volée. Bon certains acteurs ne sont pas très doués et la BO est repompée sur Tango & Cash mais ça ne fait qu'apporter une saveur en plus.

samedi 2 mai 2020


Prophecy : Le Monstre

Prophecy : Le Monstre (1979)

Encore une série Z qui défend la cause écologique à grands coups de monstre mutant. Une usine contamine une forêt avec ses déchets chimiques et un ours déformé compte bien becter propriétaires et employés. Du latex et du sang, c'est assez quelconque mais ça a son charme.

vendredi 1 mai 2020


Tom et Jerry au piano

Tom et Jerry au piano (1947)

Cartoon musical exceptionnel à tous points de vue. Une inventivité folle et l'efficacité visuelle du duo Hanna et Barbera apportent à ce court un potentiel comique de haute volée. Pas étonnant en voyant un tel bijou que l'histoire de la souris qui emmerde le chat ne lasse jamais.

jeudi 30 avril 2020


La Prisonnière du désert

La Prisonnière du désert (1956)

Pour embrasser le grand Ouest avec une caméra, Ford n'a pas son pareil. Ce film le prouve, se montrant somptueux en déployant des décors de complète démesure dans une mise en scène d'une efficacité folle, conjuguant un sens de l'épique à une tension qui culmine à l'effrayant.

jeudi 30 avril 2020


Farce au canard

Farce au canard (1953)

Chef d'oeuvre du cartoon : l'efficacité de l'école Warner en 7 min. Chuck Jones, l'un des plus illustres successeurs de Tex Avery, réalise et il s'en donne à cœur joie en torturant l'un de ses enfants chéris. L'un des plus fabuleux brisages de 4ème mur qu'ait connu un écran.

jeudi 30 avril 2020


Piège de cristal

Piège de cristal (1988)

C'est avec discrétion que McTiernan hausse la structure d'un film d'action classique à un rang bien supérieur. Un sens du cadre étudié, des plans millimétrés et les déambulations de la caméra pour définir l'espace forment un modèle de lisibilité et de construction de l'action.

mercredi 29 avril 2020


Police Story 3 : Supercop

Police Story 3 : Supercop (1992)

C'est mon chouchou. Michelle Yeoh entre dans la danse et rejoint Jackie pour offrir un maître étalon de l'actionner explosif. Des cascades de dingue, un duo qui fonctionne à merveille et un rythme volcanique. On l'oublie souvent, c'est pourtant une perle pour qui aime ce genre.

mercredi 29 avril 2020


Police Story 2

Police Story 2 (1988)

Jackie Chan retente le coup avec des ingrédients similaires. Même ton comique à l'efficacité variable et mêmes cabrioles en tous genres tout en arrivant toujours à se renouveler. Certaines cascades sont anthologiques et malgré un ensemble moins rythmé, ça reste très efficace.

mercredi 29 avril 2020


Police Story

Police Story (1985)

Jackie Chan signe l'un de ses films majeurs avec cette comédie policière qui marque par ses cascades ahurissantes. Les acteurs s'amusent dans des situations au comique variable mais c'est surtout le surinvestissement de J.C. qui laisse admiratif. Intro et final qui tabassent.

mercredi 29 avril 2020


Teddy: la mort en peluche

Teddy: la mort en peluche (1981)

Une curiosité qui mérite un détour. Loin d'être chefdoeuvresque, ça n'en garde pas moins quelques idées savoureuses. Des créatures dans une fosse, un gamin flippant manipulé par son ours en peluche et des meurtres cocasses. C'est imaginatif, assez fascinant et pas trop mal fichu.

mardi 28 avril 2020


Les monstres de la mer

Les monstres de la mer (1980)

Petite série B à base de manipulations génétiques sur des saumons qui terminent en carnage. Des hybrides hommes-poissons sèment la terreur en violant et tuant à tout va. C'est fun, "inspiré" et certains maquillages créés par Rob Bottin (Monsieur The Thing) sont vraiment réussis.

lundi 27 avril 2020


Butterfly Murders

Butterfly Murders (1979)

Tsui Hark dans un de ses premiers succès, encore hésitant mais déjà complètement barré, avec sa fougue habituelle, son montage furieux et ses idées qui promettent les monceaux jubilatoires qui suivront. Un petit conte horrifique à base de papillons tueurs, ça ne se refuse pas.

lundi 27 avril 2020


Le Continent des hommes-poissons

Le Continent des hommes-poissons (1979)

Histoire intéressante et effets spéciaux tout à fait sympathiques font l'intérêt de ce film qui tente au mieux de nous accrocher avec ses personnages caricaturaux et ses hommes-poissons fascinants. A mi-chemin entre Lovecraft et Jules Verne, ça peut plaire aux amoureux du genre.

lundi 27 avril 2020


The Loch Ness Horror

The Loch Ness Horror (1981)

Le monstre du Loch Ness affamé et une mystérieuse carcasse d'avion nazi ? Ce film c'était ma came à priori. Hélas le peu de budget et le manque d'inspiration laissent trop de place aux dialogues inintéressants, délaissant ce qui créait l'attrait à la vue de la splendide affiche.

lundi 27 avril 2020


Mutronics -  The Guyver

Mutronics - The Guyver (1991)

Adaptation d'un manga aux allures de sentaï. Un type se transforme en ninja bionique pour botter l'cul de monstres qui bavent. Les effets et costumes sont loin d'être mauvais, les dialogues sont hilarants et la métamorphose de Mark Hamill en fourmi géante marque tous les esprits.

lundi 27 avril 2020


Frankenstein

Frankenstein (1931)

Aujourd'hui, les cris désespérés de la créature semblent datés mais, cela mis à part, c'est James Whale aux manettes et la réalisation est bien sûr excellente. Noir et blanc sublime, écriture toute en finesse, certaines scènes d'une grande poésie pour cette superbe tragédie.

dimanche 26 avril 2020


L'Homme invisible

L'Homme invisible (1933)

Dans les années 30, Whale régnait sur le genre avec ses noirs et blancs expressionnistes et un pouvoir narratif d'exception. Il est au sommet de son art pour ce film qui reste magnifique et passionnant encore aujourd'hui. Histoire prenante, acteurs au top et écriture raffinée.

dimanche 26 avril 2020


2LDK

2LDK (2003)

Deux femmes colocataires qui partagent un même rêve : obtenir un grand rôle au cinéma. Stress, rivalité, montée en tension, remarques diverses jusqu'à l'explosion de ces deux personnalités dans un duel plein de sang, de contusions et de gros couteaux. Petit film sympathique.

dimanche 26 avril 2020


Le Mans 66

Le Mans 66 (2019)

Le classicisme à son sommet. La mise en scène de Mangold n'est pas originale mais d'une simplicité particulièrement solide. Ça fonctionne à merveille de bout en bout, sans longueur malgré la durée et c'est porté par des acteurs qui font leur job remarquablement. Presque "Génial".

dimanche 26 avril 2020


En eaux troubles

En eaux troubles (2018)

Les ingrédients avaient tout pour faire saliver mais le plat servi n'a pas grande saveur. Un squale aussi gigantesque que l'ennui ressenti et un Statham sous-exploité. On voudrait franchement rire ou avoir un frisson de terreur, jubiler devant l'action, mais rien ne vient.

samedi 25 avril 2020


God of Cookery

God of Cookery (1996)

Un imposteur auto-proclamé "dieu de la cuisine" se fait ridiculiser et, pour se reprendre, s'entraîne à la cuisine avec des moines Shaolin. Chow maîtrise les codes du cinéma d'arts martiaux et les exploite dans cette comédie épique, loufoque, parfois dramatique et très efficace.

samedi 25 avril 2020


L'horrible invasion

L'horrible invasion (1977)

Méconnu mais particulièrement efficace, on a dans ce film un William Shatner un peu paumé qui essaie de faire face à une invasion démesurée de mygales très agressives. Le film ose bien des choses avec ses vrais arachnides et sème une saveur d'apocalypse très bien venue.

vendredi 24 avril 2020


Arac attack, les monstres à huit pattes

Arac attack, les monstres à huit pattes (2002)

Hommage généreux aux séries B des années 50, Arac Attack en a tous les atouts : Un scénario famélique mais efficace et des grosses bêtes qui ont une bonne grosse dalle. Ça grouille de partout, certaines scènes fonctionnent très bien et les acteurs ont l'air de prendre leur pied.

vendredi 24 avril 2020


Fast & Furious 7

Fast & Furious 7 (2015)

On aime tous bien Fast & Furious en vrai, on a fini par s'y attacher. Faut dire qu'ils ont tous bien bossé pour ça. Ici, James Wan pond l'une des scènes d'ouverture les plus fortes de la décennie. Rien que pour ça, et même si le reste ne suit pas toujours, ce film vaut le détour.

jeudi 23 avril 2020


Le scorpion noir

Le scorpion noir (1957)

Film bricolé par Willis O'Brien avec notamment les restes des créatures non utilisées dans le montage final de King Kong. Le génie du célèbre animateur contribue beaucoup à rendre le truc intéressant, montrant des scorpions géants très crédibles détruisant tout un tas de trucs.

jeudi 23 avril 2020


Ninja: The Final Duel

Ninja: The Final Duel (1986)

Une curiosité attractive pour qui aime le cinéma bis. Clan ninja et moines Shaolin s'affrontent dans des combats dingues et très créatifs, le tout dans un ensemble bricolé à l'arrache avec des acteurs hilarants et blindé de plagiats musicaux (Rocky 4, Rambo 2, Ghostbusters...).

jeudi 23 avril 2020


Tarantula !

Tarantula ! (1955)

Jack Arnold est le patron de la série B des 50's et ce Tarantula est un fier représentant de sa filmo. Scénario idiot mais idéal pour le genre, effets spéciaux aux petits oignons, mise en scène fonctionnelle, c'est incontournable si on aime les films de monstre de cet décennie.

jeudi 23 avril 2020


Le Monstre de l'Abime

Le Monstre de l'Abime (1957)

Le film vaut surtout pour son mollusque-chenille qui donne du fil à retordre aux marins. La bestiole a un charme fou et son incrustation est réussie. Dommage qu'elle ne boulotte que quelques types, ça manque d'ambition, le rythme n'est pas emballant et on reste sur sa faim.

mercredi 22 avril 2020


Calamity of Snakes

Calamity of Snakes (1983)

Film aberrant de démesure et de violence réelle envers les animaux qui ne peut s'imaginer aujourd'hui. Une invasion de serpents montrée avec des dizaines de vrais reptiles amassés, grouillant sur les acteurs : c'est de la folie pure. Une curiosité à réserver aux avertis.

mercredi 22 avril 2020


Creature from the Haunted Sea

Creature from the Haunted Sea (1961)

Petite série B fabriquée avec les moyens du bord. Pas ce que Corman a fait de plus mémorable mais on retrouve là son humour et sa tendance à la bricole de fortune. C'est risible mais unique en son genre. Corman avait une forme de passion débordante qu'on ne pourra jamais nier.

mercredi 22 avril 2020


Atomic Cyborg

Atomic Cyborg (1986)

Un héros monolithique luisant de sueur, une musique au synthé en boucle, des tuyaux collés un peu partout pour ajouter un effet "futur", des compétions de bras de fer entre routiers... Un post-apo bricolé pompant ses idées ici ou là, c'est hilarant et attendrissant en même temps.

mercredi 22 avril 2020


47 Meters Down: Uncaged

47 Meters Down: Uncaged (2019)

J. Roberts attaque encore ce sujet avec une mise en scène marquée et quelques intentions de réalisation. Du clair-obscur, un soin pour l'ambiance sonore, l'utilisation des arrière-plans le tout dans une ambiance fantomatique aux frontières du fantastique. C'est du bon boulot.

dimanche 19 avril 2020


C.H.U.D.

C.H.U.D. (1984)

Production à base de créatures recouvertes de latex vivant dans les égouts et ayant un fort goût pour la chair humaine. Une enquête simple, sans originalité mais qui a ce charme des films des 80's avec ce New York délabré aux rues pleines d'ordures, de fumée et de taxis jaunes.

dimanche 19 avril 2020


City on Fire

City on Fire (1987)

Film de braquage très efficace. Ringo Lam monte l'ensemble avec finesse loin de tout manichéisme, avec son dynamisme habituel, direct, sans longueur superflue. Le duo Chow Yun-Fat / Danny Lee est toujours fabuleux et n'a pas son pareil pour ces situations d'amitié improbable.

samedi 18 avril 2020


Le Monstre vient de la mer

Le Monstre vient de la mer (1955)

Un film de monstre comme les 50's en ont pondu des dizaines mais Harryhausen, artiste prométhéen, fait des merveilles et offre une galerie d'images fantastiques très marquante. L'attaque du poulpe géant sur le Golden Gate Bridge reste culte et demeure d'un grand charme.

samedi 18 avril 2020


Legend of the Sacred Stone

Legend of the Sacred Stone (2000)

Des types se mettent sur la tronche pour s'accaparer une pierre. Wu xia pian avec des marionnettes filmé avec un dynamisme furieux tout en restant complètement lisible de A à Z. Ça n'arrête pas une seconde, ça virevolte dans tous les sens et la prouesse technique est bluffante.

samedi 18 avril 2020


Okja

Okja (2017)

Mélange de drame et de comédie satyrique, Okja est un nouveau témoignage de la maîtrise de son réalisateur, dessinant ses caricatures avec finesse. Tout l'monde en prend pour sa trogne, toutes les émotions y passent et le message, d'apparence simple, n'est pas dénué de nuances.

samedi 18 avril 2020


Infestation

Infestation (2009)

Bon les gars c'est globalement pas terrible mais ça raconte dur comme fer une histoire d'insectes aliens qui déversent l'apocalypse sur le monde. C'est de la bonne comédie horrifique fun comme il faut avec des acteurs investis dans le délire et une réalisation qui fait le job.

vendredi 17 avril 2020


L'Ile Des Insectes Mutants

L'Ile Des Insectes Mutants (2004)

Allez c'est pas mal ! On se marre bien, y a une bonne ambiance, des acteurs qui s'amusent, de la débrouille dans les effets. J'aurais tendance à regretter l'aspect "comédie enfantine" du métrage mais ça passe. Pas le meilleur dans la bidouille mais ça reste sympathique.

vendredi 17 avril 2020


Batman v Superman : L’Aube de la justice

Batman v Superman : L’Aube de la justice (2016)

L'inculte que je suis en matière de comics a beaucoup aimé ce film. Un sens de la mise en scène très marqué pour une vision du sujet toute en clair-obscur qui donne à ces figures capées l'aura de dieux mythologiques. Un style et un point de vue qui manquent au genre depuis.

vendredi 17 avril 2020


Le troisième homme

Le troisième homme (1949)

Dans un noir et blanc magnifique, ce film noir s'avère techniquement irréprochable et sait construire son histoire avec astuce. Le duo Joseph Cotten - Alida Valli mène l'ensemble à merveille et le tout est prenant de bout en bout. Carol Reed sert un thriller solide et efficace.

vendredi 17 avril 2020


TerrorVision

TerrorVision (1986)

Un monstre extraterrestre élit domicile dans une télé et en sort pour boulotter les habitants de la baraque... C'est mauvais, bien sûr, mais pour ceux qui aiment les délires en latex des 80's, c'est de l'or : Acteurs qui s'amusent, bestiole qui bave et scénario débile fendard.

jeudi 16 avril 2020


Dragon Inn

Dragon Inn (1967)

Le style de King Hu fait encore une fois beaucoup de bien au mirettes, dévoilant un sens du cadre et de la composition qui n'ont pas pris une ride pour ce wu xia pian très classique mais particulièrement efficace. On comprend que ce soit devenu une source d'inspiration prisée.

jeudi 16 avril 2020


Le 13ème Guerrier

Le 13ème Guerrier (1999)

Quand on a su les conditions de tournage, on a hurlé "Release the McT. cut". Pour autant, ce film blessé n'en est pas moins admirable dans ses fulgurances. Sens de l'espace, persos acculés dans les coins du cadre, montage millimétré, brutalité primitive, McT est bien là.

lundi 13 avril 2020


The Night Comes for Us

The Night Comes for Us (2018)

L'Indonésie en a toujours dans le ventre et offre un spectacle super brutal où tous les excès deviennent des atouts. Des chorégraphies toujours bien réglées, des sensations d'impact efficaces et des acteurs qui font le job. Mention spéciale à Julie Estelle, irradiant de charisme.

dimanche 12 avril 2020


Furie

Furie (2019)

Une sorte de Taken au Vietnam, Furie comporte une ou deux scènes réussies et quelques idées jouissives mais l'ensemble reste plombé par des longueurs, l'histoire déjà vue maintes fois s'avérant assez peu intéressante. L'actrice principale s'implique à fond et remonte le niveau.

samedi 11 avril 2020


Mad Max

Mad Max (1979)

Film de vengeance pré-apocalyptique bâti de bric et de broc, brute, tout juste sorti de la forge encore brûlant. C'est violent, aride, rapide, inventif et finalement assez unique. L'ambiance, très étrange, entre deux mondes, contient déjà tout ce qui fera la sève des suites.

mardi 7 avril 2020


La 36ème Chambre de Shaolin

La 36ème Chambre de Shaolin (1978)

Le film d'entraînement par excellence. Gordon Liu est parfait dans son rôle de moine en plein dépassement de soi et toujours très en forme physiquement. Liu Chia-Liang, de son côté, réalise et chorégraphie l'ensemble avec une efficacité et une maîtrise qu'on ne présente plus.

mardi 7 avril 2020


Universal Soldier : Le Jour du jugement

Universal Soldier : Le Jour du jugement (2012)

Sombre, violent, agressif, avec un Van Damme glaçant et un Scott Adkins qui fait le job, cet opus d'UNISOL est surement le plus jusqu'auboutiste et, en cela, peut-être le plus intéressant de la saga. Vue la jaquette et la licence, personne ne l'aurait cru mais c'est du bon.

dimanche 29 mars 2020


King Kong

King Kong (1976)

Un Kong à réévaluer. Il y a dans ce film un réel savoir faire dans la mise en place de son ambiance mystérieuse et de sa romance impossible, certes très poussive par moments mais qui garde une certaine poésie malgré tout. Malgré ses dires, Jackson lui a pris pas mal de trucs.

mardi 3 mars 2020


Underwater

Underwater (2020)

Bof bof bof... Un film déjà très oubliable qui n'arrive jamais vraiment à passionner sur quoi que ce soit. Ses créatures surfant sur l'esthétique Lovecraftienne n'ont pas grande originalité et sa mise en scène d'aspect vidéo-ludique est toujours attendue. Une fois ça passe.

samedi 25 janvier 2020


Total Recall

Total Recall (1990)

Cœur de finesse dans un gant de brute. Verhoeven est fidèle à lui-même avec son obsession pour les médias bourratifs, la violence cartoonesque et la limite entre réalité et illusion. Il sert un ensemble explosif qui cache des méandres scénaristiques fichtrement bien construits.

samedi 11 janvier 2020


Unstoppable

Unstoppable (2010)

Film bien fichu mais qui arrive trop tard pour décrocher le succès qu'il mérite. Une bonne histoire de train fou et le montage frénétique de Tony Scott font le job et l'ensemble, d'un rythme sans temps mort, se regarde avec plaisir. Dans les 90's, ce film aurait été culte.

mardi 7 janvier 2020


Calamari Wrestler

Calamari Wrestler (2004)

C'est un délire ce film, vaut parfois mieux être prévenu. Un calamar devient une star incontestée du catch et tente de conquérir la fille de ses rêves. Ce n'est pas aussi con qu'on le penserait, c'est très fun si on entre dedans, y a du beau sentiment et des combats hilarants.

lundi 6 janvier 2020


L'Honneur du dragon

L'Honneur du dragon (2005)

Arrivé depuis la Thaïlande aux cotés d'Ong Bak et autres, L'Honneur du Dragon est sans doute le plus impressionnant de tous. Loin d'être très fin, sa force est dans ses moments de voltige ahurissants, avec notamment ce plan séquence lors de la fameuse scène du restaurant.

samedi 4 janvier 2020


Chocolate

Chocolate (2008)

2008 : Alors que le cinéma de Hong Kong embourbe ses chorégraphies dans des excès de ralentis sans saveur, les Thaïlandais prennent la relève avec des productions pleines de créativité. Chocolate est sûrement l'un de ces films les plus efficaces, tout en belles danses brutales.

samedi 4 janvier 2020


Cheval de guerre

Cheval de guerre (2011)

Film qui a un problème de positionnement et oscille entre film pour enfant et vrai film de guerre. C'est dérangeant et ça peut empêcher de profiter pleinement du reste qui s'avère assez magistral de bout en bout. Mise en scène limpide et photo de Kaminiski absolument dingue.

vendredi 3 janvier 2020


Cliffhanger : Traque au sommet

Cliffhanger : Traque au sommet (1993)

Renny Harlin n'est pas un génie mais sait réaliser un film relativement solide et efficace et répond aux attentes dans cet ersatz de Die Hard au grand air. Dans la vaine du réalisateur : sympa, rythmé, certes sans grandes fulgurances mais jamais déplaisant. Et Sly est à fond.

lundi 30 décembre 2019


Rambo II : La mission

Rambo II : La mission (1985)

85 : Reagan envoie ses soldats rappeler au reste du monde que l'Amérique, c'est le patron. Rambo 2 reste un jalon de cette époque, devenu aujourd'hui assez drôle malgré une mise en scène fonctionnelle. Rambo sert son pays sans être aussi attachant et fin que son frangin Rocky (4)

lundi 30 décembre 2019


Demolition Man

Demolition Man (1993)

Bourrin, drôle, explosif, le duel Stallone - Snipes fonctionne à merveille et assure de beaux moments de rire et de répliques cultes dans tout l'univers. Au delà de ça, sans être particulièrement novateur, ce film propose un discours futé et finalement presque visionnaire...

lundi 30 décembre 2019


Opération Scorpio

Opération Scorpio (1992)

Sorte de Karate Kid dopé, ce film ne révolutionne rien mais s'avère d'une incroyable efficacité dans ce qu'il propose. Un ado apprend le kung-fu par la cuisine et le dessin et croise plein de personnages attachants. Chorégraphies démentes, photo colorée, ensemble euphorique.

dimanche 29 décembre 2019


Breaking News

Breaking News (2004)

Une prise d'otages transformée en show télévisé. Johnnie To offre une mise en scène très immersive et parfois bluffante de maîtrise (le plan séquence d'ouverture notamment), crée des personnages attachants quelque soit leur camp et sert un propos loin d'être dénué d'intérêt.

dimanche 29 décembre 2019


Duel to the death

Duel to the death (1983)

Toute la force de Ching Siu-tung est condensée ici : Une créativité qui semble n'avoir aucune limite, proposant des idées débordantes, parfois à la limite du loufoque, mais d'une efficacité toujours imparable, le tout côtoyant des moments dramatiques particulièrement intenses.

mercredi 25 décembre 2019


Combats de maître

Combats de maître (1994)

Tout au sommet du genre. L'association entre Liu Chia Liang et Jackie Chan fonctionne à merveille, la réalisation partagée des deux offrant une oeuvre unique et d'une efficacité inégalée. Tout fonctionne : Mise en scène léchée, personnages merveilleux et chorégraphies furieuses.

mercredi 25 décembre 2019


A Touch of Zen

A Touch of Zen (1970)

Un wu xia pian qui prend son temps, déroulant ses paysages fabuleux avec amour et installant calmement son histoire de rencontre entre un peintre et une condamnée en fuite. C'est classique dans le genre mais fait avec une maîtrise admirable qui nous prend dès les premiers plans.

mercredi 25 décembre 2019


Les bêtes féroces attaquent

Les bêtes féroces attaquent (1984)

Une série z italienne à base de dressage un peu dingue d'animaux de zoo. C'est pas aussi fou que Roar dans le genre mais ça fonctionne assez. Il y a aussi tout ce que le genre exige, du gore et des acteurs douteux. Une curiosité qui a son charme.

mercredi 25 décembre 2019


The lovers

The lovers (1994)

Tsui Hark met brillamment en scène le conte des amants papillons, calmant sa caméra d'action pour s'attacher à cette histoire d'amour qui conjugue rires et larmes. Cadrages dynamiques, magnifiques jeux sur les couleurs, intensité dramatique, Hark parvient superbement à ses fins.

lundi 23 décembre 2019


Bob l'éponge - Le film

Bob l'éponge - Le film (2004)

Le temps m'a progressivement aidé à assumer mon amour fou pour ce film, je pense pouvoir bientôt admettre que j'ai parfois ri aux larmes devant. Tout fonctionne pour moi, le style graphique, les idées comiques, les voix... Que voulez-vous, on ne choisit pas son sens de l'humour.

dimanche 15 décembre 2019


Le Secret des poignards volants

Le Secret des poignards volants (2004)

L'un des grands wu xia pian du 21ème siècle. Un sens percutant du pictural, une bande originale envoûtante et des acteurs à leur sommet se faisant face dans des chorégraphies particulièrement efficaces. Zhang Yimou est là au top de son art du grand spectacle.

dimanche 15 décembre 2019


Vivre dans la peur

Vivre dans la peur (1955)

L'histoire d'un homme isolé dans un délire de persécution loin d'être aussi absurde qu'il n'y paraît. L'interprétation de Toshiro Mifune est aussi belle qu'à son habitude et conduit magistralement ce film qui a beaucoup à dire, posant une image terrible du Japon d'après guerre.

dimanche 15 décembre 2019


Kong : Skull Island

Kong : Skull Island (2017)

Le titre avait de quoi faire fantasmer les passionnés pressés d'explorer encore un peu plus cette île. Au lieu de ça on aura un film de catch joli mais idiot et sans la moindre profondeur mené par un Tom Hiddleston ridiculement muni d'un katana et d'un masque à gaz. Grand gâchis.

mercredi 11 décembre 2019


Chien enragé

Chien enragé (1949)

Kurosawa réalise là un polar d'exception proposant une galerie de personnages fascinants tapis dans les bas-fonds les plus obscurs. Toshiro Mifune est fidèle à lui-même (donc parfait) et particulièrement convaincant dans ce rôle de flic torturé à la recherche de son arme perdue.

mardi 26 novembre 2019


Les Chasses du comte Zaroff

Les Chasses du comte Zaroff (1932)

Réalisée dans les décors mythiques de King Kong (qui méritaient bien d'être rentabilisés) cette partie de chasse à l'homme profite d'un cadre de jungle mystérieuse pour s'orchestrer avec une maestria qui tient merveilleusement en haleine. Un petit bijou du genre.

lundi 25 novembre 2019


Oscar

Oscar (1967)

Une prestation de De Funès absolument exceptionnelle, un travail d'orfèvre sur chaque réaction, chaque geste, chaque mimique, chaque intonation. Les scènes se bousculent comme un jeu de dominos à la renverse et De Funès trône au milieu de tout ça, impérial et dévoué à son rôle.

lundi 25 novembre 2019


Evil Dead

Evil Dead (2013)

J'adore ce film, qu'on soit bien d'accord là dessus, c'est du très bon taf. Oui j'suis fan de Raimi, pas de problème, je respecte. Mais sérieusement, ce remake a de la gueule, de l'envergure, de l'inventivité. Artistiquement ça le fait, ambiance, rythme, photo, du très bon taf.

dimanche 24 novembre 2019


Hellboy

Hellboy (2019)

J'ai une certaine affection pour ce film, je l'trouve jouissif. Donc soit j'ai vraiment des goûts de chiotte soit les fans de Del Toro (gens étranges) ont perdu tout esprit critique vis à vis de leur maître. J'assume la première option mais la seconde me plaît bien aussi.

dimanche 24 novembre 2019


Kenshin, le vagabond

Kenshin, le vagabond (2012)

Un film qui se hisse en haut du panier des adaptations de BD au cinéma. On pourra lui reprocher des chorégraphies un peu brouillonnes et des personnages manquant de profondeur, parfois caricaturaux, mais ce punch, cette ambiance, cette générosité restent parfaitement honorables.

dimanche 24 novembre 2019


L'attaque de la femme de 50 pieds

L'attaque de la femme de 50 pieds (1958)

Ça a le mérite d'avoir enfanté l'une des affiches les plus emblématiques de son époque. Au delà de ça, ça ne s'envole jamais très haut, les incrustations ne sont pas abouties et le rythme est laborieux. Juran a fait bien mieux (dans ses collaborations avec Harryhausen notamment)

dimanche 24 novembre 2019


It Follows

It Follows (2014)

Film qui installe l'angoisse sur la durée, ne laissant jamais l’œil du spectateur au repos. On est amené à chercher, fouiller l'arrière plan à la recherche de la menace. Rarement oeuvre n'aura si bien embrassé et exploité le champ et le hors-champ dans une même nappe d'anxiété.

dimanche 24 novembre 2019


Requins : à bas la mauvaise réputation !

Requins : à bas la mauvaise réputation ! (2015)

Courte série en trois épisodes d'une heure chacun qui arrive à dresser un tableau très dense et représentatif du monde des squales. C'est la BBC qui dirige tout ça, c'est donc forcément fou visuellement, mis en scène avec un grand sens cinématographique et passionnant à suivre.

dimanche 17 novembre 2019


Top Gun

Top Gun (1986)

Une efficacité visuelle et rythmique qui n'a pas faibli malgré les années. Sans ordinateur, Tony Scott filme les combats aériens avec une force immersive qui laisse pantois. Le reste est un musée des années 80 qui a aussi de quoi ravir. Et puis cette scène d'intro...

dimanche 17 novembre 2019


불가사리

불가사리 (1985)

Une oeuvre qui a tout d'même une histoire bien singulière, ses réalisateurs ayant été enlevés en Corée du sud puis emmenés en Corée du nord pour y réaliser le film. Du reste, on a droit à des batailles et à un gros monstre qui casse tout. Ça reste pas mal fichu dans le genre.

dimanche 17 novembre 2019


Jurassic World : Fallen Kingdom

Jurassic World : Fallen Kingdom (2018)

Un défilé de stars sauriennes surtout adressé aux gosses des 90's. La paléontologie offre pourtant un terrain si vaste pour la créativité que c'en est désespérant de voir ces décalques désincarnés s'enchaîner. Vivement que les dinosaures s'échappent de cette franchise.

samedi 16 novembre 2019


Jurassic World

Jurassic World (2015)

Le problème est peut-être que ce soit un Jurassic Park. Les bêtes sont devenues des stars qui font des caméos et sont bien loin de ce que montrent les livres sur le sujet que dévorent les gosses du 21ème siècle. L'original construisait avec son temps, c'était l'une de ses forces.

samedi 16 novembre 2019


Le Bateau

Le Bateau (1981)

(Version longue de 5h). 5 heures dans un sous-marin. 5h de gros plans sur des yeux apeurés, des oreilles à l'affût. 5h de sons aquatiques étouffés et de carlingue qui grince. Et 5h qui passent toutes seules tant c'est construit avec une maîtrise de la tension impressionnante.

samedi 16 novembre 2019


Grabbers

Grabbers (2012)

Film de monstres où l'humour côtoie à merveille quelques scènes sanguinolantes. On est dans une sorte de Lovecraft survitaminé où l'alcool est roi. C'est drôle, prenant et vraiment bien fichu visuellement. Si toutes les œuvres de ce type là pouvait présenter ce savoir faire...

jeudi 14 novembre 2019


Riki-oh the story of Ricky

Riki-oh the story of Ricky (1991)

Adapté d'un manga, ce film carcéral ose tous les excès et allie le gore au loufoque (par exemple, un type s'arrache les intestins et s'en sert pour étrangler le héros). Ça a le goût de Ken le survivant, c'est pas loin d'être absolument idiot, mais si vous avez de l'humour...

mardi 12 novembre 2019


Annihilation

Annihilation (2018)

Adoptant une forme envahissante, débordante, prenant parfois le pas sur la narration, Annihilation peut facilement déstabiliser voire repousser. Pourtant, pour peu qu'on soit compatible avec cette proposition un peu confuse, on s'engage dans une quête particulièrement fascinante.

mardi 12 novembre 2019


The Host

The Host (2006)

Bien plus qu'un film de monstre, satire sociale et politique sortant les crocs face à l'empire américain, The Host offre un fond percutant emballé dans une mise en scène d'une inventivité rare. Un classique du genre sans aucun doute.

mardi 12 novembre 2019


Godzilla

Godzilla (2014)

Edwards essaie de placer sa vision du géant malgré les contraintes imposées par les studios. On retrouve son art du gigantisme ici très à propos, son attachement pour la suggestion et certains plans très picturaux. Le reste est en trop.

lundi 11 novembre 2019


Godzilla II : Roi des monstres

Godzilla II : Roi des monstres (2019)

Cela ressemble finalement à la plupart des films Godzilla, une histoire prétexte à du catch de monstres. Celui-ci se passe même d'avoir un message intéressant et perd rapidement le spectateur dans un grand manque de rythme. Shin Godzilla (2016) est hautement plus recommandable.

lundi 11 novembre 2019


Mega Shark vs. Giant Octopus

Mega Shark vs. Giant Octopus (2009)

Les acteurs persuadés d'offrir le rôle de leur vie, la scène des fioles de liquide fluo, la scène de l'avion, le final... Ce film est vraiment drôle, ce qui est loin d'être le cas de toutes les productions du studio Asylum, bien trop conscient de ce qu'il fait pour être honnête.

lundi 11 novembre 2019


Class of 1999

Class of 1999 (1990)

Lycées du futur : Miradors, bus blindés, gardes armés. On envoie des profs cyborgs pour enseigner avec discipline. Lester offre une suite à son Class 1984 qui certes sombre dans la débilité mais a un charme fou pour qui apprécie le latex, les maquillages et le post-apo crasseux.

lundi 11 novembre 2019


Les Clowns tueurs venus d'ailleurs

Les Clowns tueurs venus d'ailleurs (1988)

Baignant dans les années 8O, le film a un charme évident. Un délire horrifico-humoristique qui fonctionne en partie, bien alléchant avec sa BO bourrine, son chapiteau-soucoupe volante, ses victimes emballées dans des cocons de barbe à papa et surtout, ses clowns de l'espace.

dimanche 10 novembre 2019


Dragonball Evolution

Dragonball Evolution (2009)

C'est quand même dingue, moi ça m'fascine. Les types avaient les 42 tomes de DBZ, ils avaient les séries. Ils se sont réunis et ont pondu ça. A un moment ils ont bien du imaginer que ça allait plaire leur truc. Les types devaient y croire. Comment c'est possible ? Ça m'fascine.

dimanche 10 novembre 2019


Tango & Cash

Tango & Cash (1989)

On en voit facilement les limites : scénario simpliste, persos caricaturaux, final brouillon... Mais que voulez vous, ces répliques en or, cette action jouissive, le costard de Sly, le bagou de Kurt, les 80's qui dégueulent leurs néons et leur synthé... c'est irrésistible non ?

dimanche 10 novembre 2019


Nous avons gagné ce soir

Nous avons gagné ce soir (1949)

Robert Wise, réalisateur au regard acéré, élève encore une fois une série B au rang d'incontournable. Abordant la boxe depuis les vestiaires, il aménage une tension remarquable qui explose dans le final, s'intéressant autant à la brutalité du match qu'à l'avidité du public.

dimanche 10 novembre 2019


Upgrade

Upgrade (2018)

Un très bon petit film de SF blindé d'idées très efficaces. Le mélange SF - violence - humour, loin d'être aussi simple qu'il n'y paraît, fonctionne ici très bien et l'acteur principal (clone de Tom Hardy) donne à tout cela un ton très attachant.

samedi 9 novembre 2019


RoboCop

RoboCop (2014)

Je suis de la génération de ceux qui adorent le film de 87 et qui beuglent "Les remakes c'est nul". Et j'aime cette version 2014. Une réalisation efficace et un ancrage plus actuel qui rend l'ensemble étrangement crédible même si oui, ça n'a plus la même acidité que l'original.

samedi 9 novembre 2019


Midway

Midway (2019)

Le film propose des scènes visuellement efficaces même si l'ensemble peut parfois sombrer dans l'orgie numérique. Et puis c'est lourd de voir ces super américains accomplir leurs exploits devant des japonais subjugués et sans grandes nuances. Mais le divertissement fait le job.

samedi 9 novembre 2019


Warrior

Warrior (2011)

Sans être le nouveau Rocky (comment cela se pourrait-il ?), Warrior est une oeuvre intense, qui sait taper fort dans les émotions, remuer les cœurs sensibles, le tout dans un déluge de baffes filmé avec un beau savoir faire. Un film plein de finesse dans le milieu du MMA. Si si.

dimanche 3 novembre 2019


Ready Player One

Ready Player One (2018)

Celui qui a grandement participé à l'élaboration de la pop culture montre comment s'en servir avec intérêt. Le reste, c'est du Spielberg : Un sens du mouvement, de l'aventure, de la création d'univers crédibles et fourmillant de vie qui laisse encore une fois bouche bée.

dimanche 3 novembre 2019


Le Septième Sceau

Le Septième Sceau (1957)

1957 mais le film pourrait sortir tel qu'il est aujourd'hui. Une réflexion éternelle illustrée par un savoir faire de l'image sidérant. Clairs-obscurs qui semblent donner vie à la peinture flamande et acteurs au sommet pour ce conte sombre, poétique et non dénué d'humour.

dimanche 3 novembre 2019


Pokémon Detective Pikachu

Pokémon Detective Pikachu (2019)

Un film qui fait ce qu'il a à faire très honnêtement, avec soin, sans jamais sous-estimer son public cible. Je n'ai aucune affinité avec les Pokemons et j'ai été sincèrement pris par cette histoire très bien fichue. Un film pour enfants qui saura les accompagner au fil des années

dimanche 3 novembre 2019


Tremors 2 : Les Dents de la Terre

Tremors 2 : Les Dents de la Terre (1996)

Une suite qui a bien des mérites. Sans égaler son aîné, elle sait doser humour et tension pour offrir un ensemble particulièrement attachant, restant parfaitement recommandable à tous les accrocs aux bons délires horrifiques là où les films suivants s'adressent surtout aux fans.

dimanche 3 novembre 2019


Tremors

Tremors (1990)

Film de vers géants carnivores. On dirait pas comme ça mais c'est d'une telle efficacité à tous niveaux que ça se hisse au sommet du genre. Le cocktail humour/horreur fonctionne à merveille, aidé par des effets spéciaux d'exception et un duo d'acteurs particulièrement attachant.

dimanche 3 novembre 2019


Les Tortues Ninja

Les Tortues Ninja (2012)

La série de 87 garde une valeur nostalgique là où cette version 2012 s'impose comme une série dynamique aux arcs prenants et aux personnages attachants et élaborés (et ce au delà de toute nostalgie). Un bémol : ce visuel en mousse qui laisse parfois un peu sur sa faim.

mercredi 30 octobre 2019


Iron sky 2

Iron sky 2 (2019)

Dinosaures, nazis, extraterrestres reptiliens, quête du Graal... Ce film propose un tas de conneries mais il les fait bien, avec amour et entrain. Un délire assumé et plutôt bien gaulé, se hissant dans le haut du panier des productions de ce genre. On attend la suite sur Mars.

mardi 29 octobre 2019


Alien : Covenant

Alien : Covenant (2017)

Si vous parvenez à oublier de quelle saga ce film fait partie, alors vous vous retrouvez devant un objet de SF insolite élaborant au travers d'un flagrant amour pour l'art un propos sur la création relativement passionnant. Scott est pataud mais a le mérite de proposer du neuf.

mardi 29 octobre 2019


El reino

El reino (2018)

Petit bijou de tension porté par des acteurs brillants. Le sujet peut pourtant paraître abscons par moments mais l'efficacité de la mise en scène nous tiens accrochés et ne nous lâche pas une seconde.

samedi 26 octobre 2019


Fist of Legend

Fist of Legend (1994)

Avant de chorégraphier les combats de Matrix, Yuen Woo Ping a bossé sur bon nombre de kung-fu pian de haute qualité. Celui-ci, reprenant la célèbre histoire de Chen Zhen est sûrement l'une de ses directions les plus illustres. Un art de l'action qui reste inégalé dans ce genre.

samedi 26 octobre 2019


Ip Man 3

Ip Man 3 (2015)

Malgré une histoire décousue dont l'intérêt laisse à désirer, le film reste honnête et ses combats encore loin au delà de la concurrence.

vendredi 25 octobre 2019


Ip Man 2

Ip Man 2 (2010)

Plus fou et virevoltant que son aîné, cette suite continue brillamment la saga de Wilson Yip et offre un nouvel excellent rôle à Sammo Hung.

vendredi 25 octobre 2019


Jackie Chan : My Stunts

Jackie Chan : My Stunts (1999)

Documentaire passionnant sur un type qui passe sa vie à la risquer, oscillant toujours entre folie et génie.

mardi 22 octobre 2019


Street Fighter II, le film

Street Fighter II, le film (1994)

Un modèle du genre, tant pour l'animation que pour l'adaptation du matériaux d'origine. Ça ne prend pas de ride et la VF est au sommet.

mardi 22 octobre 2019


The Prodigal Son

The Prodigal Son (1981)

La Kung-fu comédie au top de son art: chorégraphies démentes, photo léchée, histoire prenante. Yuen Biao et Sammo Hung font des merveilles.

mardi 22 octobre 2019


La guerre des mondes

La guerre des mondes (2005)

Un des plus grands films du réal. Adaptation terriblement graphique et viscérale pour une prenante exploration de la peur et du désespoir.

dimanche 20 octobre 2019


La Fureur de vaincre

La Fureur de vaincre (1972)

On regarde un Bruce Lee pour Bruce Lee, irradiant sur tout l'écran par sa simple présence et, en ça, ce film est le plus hypnotisant.

samedi 19 octobre 2019


Le Blob

Le Blob (1988)

Remake du film de 58 revu par les 80's : Un délire horrifique gore et rose bonbon à la créativité jubilatoire. Et ça n'a pas pris une ride.

samedi 19 octobre 2019


Johnny Mnemonic

Johnny Mnemonic (1995)

En vrac: Un dauphin cyborg télépathe, Dolph Lundgren en prêcheur fou, Kitano au milieu de ça.. Attachant oui mais fondamentalement mauvais.

samedi 19 octobre 2019


Shark Attack 3 : Megalodon

Shark Attack 3 : Megalodon (2002)

On adore tous ce film évidemment : Un type se bat contre un mégalodon avec une batte de baseball dedans.

samedi 19 octobre 2019


Les démons du karaté

Les démons du karaté (1978)

Monument de la Shaw Brothers. La rivalité Chine - Japon sous la forme d'une comédie romantique aussi drôle qu'explosive. Élément notable : le manichéisme n'a pas sa place ici, chaque personnage bénéficiant de nuances intéressantes quelque soit son camp. Liu Chia-liang au sommet.

samedi 19 octobre 2019


Leviathan

Leviathan (1989)

Ce serait dommage de s'arrêter aux ressemblances avec Alien. Léviathan n'invente rien mais présente une efficacité visuelle à tout instant, pompant son inspiration un peu partout pour proposer quelque-chose de consistant et de très attachant. Du bis 80's qui a son charme.

samedi 19 octobre 2019


Life : Origine inconnue

Life : Origine inconnue (2017)

L'ombre d'Alien plane mais Life n'en est pas moins réussi et captivant. Une série B rondement menée comme on voudrait en voir plus au ciné.

samedi 19 octobre 2019


Blade of Fury

Blade of Fury (1993)

Un des chefs d'oeuvre du wu xia pian. Des décors magnifiques, des chorégraphies démentes et une poésie qui côtoie une violence brute.

mercredi 16 octobre 2019


Judge Dredd

Judge Dredd (1995)

Film qui restera "juste sympa" malgré une mâchoire taillée pour le rôle. Les fans de cet anti-héros rêvent encore d'un vrai Dredd avec Sly.

mardi 15 octobre 2019


Dredd

Dredd (2012)

Adaptation qui mérite les honneurs. Violent, graphique, un univers bien amené et des acteurs parfaits. Karl Urban est un Dredd d'exception.

mardi 15 octobre 2019


Les Tortues Ninja

Les Tortues Ninja (1990)

Ce film est à revoir aujourd'hui tant il se détache des autres. Ambiance plus sombre pour une adaptation au top (la VF est en or massif).

mardi 15 octobre 2019


Quand les dinosaures dominaient le monde

Quand les dinosaures dominaient le monde (1970)

Le bon gout selon la Hammer: Dinosaures en stop-motion et filles en peaux de bêtes. Un charme ringard ou irrésistible c'est selon...

lundi 14 octobre 2019


Backcountry

Backcountry (2014)

Une mise en scène de qualité pour une montée en tension maîtrisée. Les ours ont enfin un film qui met leurs grandes dents à l'honneur.

lundi 14 octobre 2019


The Pack

The Pack (2015)

Un petit film qui a le mérite de traiter son sujet avec soin, offrant une traque animale joliment mise en scène dans de superbes décors.

lundi 14 octobre 2019


Boar

Boar (2017)

Un tas de bonnes intentions faut l'avouer. Le coeur y est mais les moyens un peu moins. Reste ce gros sanglier mécanique du plus bel effet.

lundi 14 octobre 2019


L'invasion des araignées géantes

L'invasion des araignées géantes (1975)

Nanar adorable qui parle d'araignées spatiales arrivées sur terre dans des météorites. Le boss final, bâti sur une Wolksvagen, a fait date.

lundi 14 octobre 2019


Roar

Roar (1981)

Une tentative de suicide d'1h40, ça a de quoi fasciner mais ça peut aussi être longuet par moments. Reste les gros chats magnifiques.

lundi 14 octobre 2019


La Grande Évasion

La Grande Évasion (1963)

Réal au top, écriture aux petits oignons, casting en acier trempé, ce film a une classe folle et joue brillamment sur toutes les émotions.

dimanche 13 octobre 2019


Last Action Hero

Last Action Hero (1993)

Aux frontières de la parodie sans jamais s'y limiter, une déclaration d'amour particulièrement touchante, un conte de fée volcanique tout en finesse. McTiernan, le maître de l'action, décortique le genre qu'il n'a cessé de magnifier pour livrer un hommage au cinéma tout entier.

dimanche 13 octobre 2019


Police Story 4 : Contre-attaque

Police Story 4 : Contre-attaque (1996)

Action-espionnage sans grande originalité mais rendu très efficace par un Jackie Chan au top. La scène de l'escabeau est anthologique.

dimanche 13 octobre 2019


The Giant Claw

The Giant Claw (1957)

Un dindon cosmique protégé par un bouclier d'antimatière ! La créativité a trouvé son vaisseau amiral. Ce n'est que bonheur en caoutchouc.

samedi 12 octobre 2019


Le Clandestin

Le Clandestin (1988)

Un chat mutant, du gore à petit prix, des "acteurs" dévoués à leur rôle, des répliques tellement merveilleuses qu'elles sont cultes dans tout l'univers... Ce genre de film on adore ou on déteste, tout le monde ne peut pas y voir le chef d'oeuvre qu'il est pourtant réellement...

samedi 12 octobre 2019


King Kong

King Kong (2005)

Jackson, grand gosse plongeant dans son coffre à jouets, fait son hommage amoureux à l'île du Crâne. Touchant de sincérité et de générosité.

samedi 12 octobre 2019


King Kong

King Kong (1933)

Un grand savoir faire technique qui permet de témoigner d'une époque où la science n'avait pas encore aboli tous les contes de fée.

mercredi 9 octobre 2019


Godzilla: Resurgence

Godzilla: Resurgence (2016)

Godzilla vu depuis les bureaux des dirigeants. Film très riche, unique dans son point de vue et d'une efficacité visuelle effarante.

lundi 7 octobre 2019


Le Dragon du Lac de Feu

Le Dragon du Lac de Feu (1981)

Un conte héroïque exploitant bien les codes du film de monstre. La tension fonctionne, les effets sont excellents et le dragon magnifique.

lundi 7 octobre 2019


Hidden

Hidden (1987)

Malgré un postulat de départ idiot (mais c'est ce qu'on aime), ce film paranoïaque à base d'extraterrestre larvaire qui se cache dans les humains fait son job admirablement bien, offrant quelques scènes bien marquantes. Un sujet déjà vu mais qui fonctionne à merveille.

dimanche 6 octobre 2019


Entre le ciel et l'enfer

Entre le ciel et l'enfer (1963)

Comment exposer un dilemme moral avec brio. Kurosawa fait encore preuve d'une finesse de mise en scène rare dans ce thriller lancinant.

dimanche 6 octobre 2019


Rocky II : La Revanche

Rocky II : La Revanche (1979)

Clôture d'un diptyque épique et ouverture d'une saga forte de personnages parfaitement travaillés et développés. "Gagne !" qu'elle disait.

dimanche 6 octobre 2019


Ip Man

Ip Man (2008)

Pour ce qui est de filmer les combats, Wilson Yip a des années d'avance sur la concurrence. Donnie Yen est très bon dans ce genre de rôle.

dimanche 6 octobre 2019


Le Bon, la Brute et le Truand

Le Bon, la Brute et le Truand (1966)

Trois types hors du temps, hors de l'Histoire, traversent la guerre de sécession sans y prêter attention, juste guidés par l'appât d'un magot. C'est dingue de résister au temps comme ça. Tout est d'une efficacité évidente dans ce film et toise les années avec un sourire en coin.

dimanche 6 octobre 2019


Over the Top : Bras de fer

Over the Top : Bras de fer (1987)

Biceps huilés, synthé, répliques acérées, vestes sans manches, gros camions. Un documentaire sur les 80's aussi drôle qu'attachant.

dimanche 6 octobre 2019


Razorback

Razorback (1984)

Amour de vidéo-club. Mulcahy, très inspiré par son Australie natale, développe une imagerie unique, nimbée de lumière, presque surréaliste.

samedi 5 octobre 2019


The Foreigner

The Foreigner (2017)

C'était un fantasme de voir Jackie Chan bien vénère dans un film sans humour. C'est ce qu'offre ce film sans grande originalité mais qui reste très efficace. Jackie continue de prouver qu'il est aussi doué pour le drame que pour l'action. A ranger avec le réussi New Police Story.

samedi 5 octobre 2019


Rambo : Last Blood

Rambo : Last Blood (2019)

Conclusion superflue qui propose tout de même son lot de plaisir explosif. Bancal dans l'ensemble mais fichtrement efficace par moments.

dimanche 29 septembre 2019


Bait

Bait (2012)

Crawl avant l'heure et en plus fun. Petit film honnête qui réussit l'exploit de tirer son épingle du jeu dans le royaume du film de requin.

dimanche 8 septembre 2019


Convoi exceptionnel

Convoi exceptionnel (2019)

Bon concept pour un film certes bourré de failles. Personnages principaux attachants. Deux grands acteurs qui savent encore faire plaisir.

lundi 26 août 2019


Ultime combat

Ultime combat (1987)

La ramboxploitation à son sommet : Le film ose à peu près tout et c'est aussi jubilatoire qu'hilarant. Mention spéciale au bras arraché à un type pour en faire une arme contre ce même type devenu manchot. Pour ceux qui aiment autant se marrer qu'admirer un bon délire, foncez.

lundi 26 août 2019


エイリアンVSニンジャ

エイリアンVSニンジャ (2010)

Dans une forêt du Japon médiéval, des ninjas affrontent des aliens à tête de dauphin. C'est un délire qui n'aurait rien d'attachant si l'enthousiasme ne suintait pas autant de tout le film. C'est drôle, bien chorégraphié, inventif et sans temps mort. A voir avec une bonne pizza.

lundi 26 août 2019


Gremlins 2 - La Nouvelle Génération

Gremlins 2 - La Nouvelle Génération (1990)

Jamais l'alliance entre cartoon et horreur n'a si bien fonctionné. Le plus dantesque des films de Dante.

mercredi 14 août 2019


Star Wars, épisode I - La Menace fantôme

Star Wars, épisode I - La Menace fantôme (1999)

Pas objectif. J'adore les répliques, les personnages (si si) et la course de modules. Et puis l'arrière plan politique me botte bien.

lundi 12 août 2019


Django Unchained

Django Unchained (2012)

B.O. décalée, geysers de sang et zooms en folie. C'est du Tarantino : beaucoup de gras autour d'un noyau de grand savoir faire technique.

lundi 12 août 2019


Collatéral

Collatéral (2004)

Une errance urbaine et mortellement dangereuse comme Michael Mann sait si bien les monter. Jamie Foxx est particulièrement touchant en personnage paumé accroché à ses rêves et Tom Cruise, tout en nuances, parvient à être aussi monstrueux qu'attachant. Assez magistral.

lundi 12 août 2019


Mission : Impossible - Fallout

Mission : Impossible - Fallout (2018)

Bam quel impact ce film. A l'heure des cascades "CGI assistées", Fallout rappelle que le grandiose s'impose quand on croit à ce qu'on voit.

lundi 12 août 2019


Mission : Impossible - Rogue Nation

Mission : Impossible - Rogue Nation (2015)

Une caméra stable, des plans millimètrés, une action parfaitement lisible. McQuarrie fait décidément du bien. Et que dire de Tom Cruise...

lundi 12 août 2019


Traîné sur le bitume

Traîné sur le bitume (2018)

Un film d'une grande efficacité, lancinant et explosif juste quand il le faut. Acteurs au top et Mel Gibson qui garde un charisme impérial.

dimanche 11 août 2019


Rocky Balboa

Rocky Balboa (2006)

Réussir à ce point des retrouvailles avec un héros d'une autre décennie, ça tient du miracle. Sly se permet une conclusion d'une grande classe, humaine et généreuse comme à l'accoutumée et emplie d'une belle finesse. Son chef d'oeuvre.

jeudi 8 août 2019


Commando

Commando (1985)

John Matrix c'est un peu le Jack Slater dont Danny Madigan est fan. Arnold seul contre une armée ou en slip dans un canot, explosions, gnons et démembrements variés. La subtilité c'est pas l'genre de la maison mais le fun par contre, oui !

jeudi 8 août 2019


Shaolin Soccer

Shaolin Soccer (2001)

Impossible d'être objectif. Feel good movie par excellence. Tout l'art de Stephen Chow : de l'épique au rire en un rien de temps.

mercredi 7 août 2019


Les dents de la mort

Les dents de la mort (1987)

Film australien injustement méconnu qui traite très bien son sujet, echaffaudant une belle montée en tension dans un ensemble fascinant.

mercredi 7 août 2019


Instinct de survie

Instinct de survie (2016)

Des incohérences qui sont légion mais est-ce fairplay de le reprocher à ce genre de film ? Dans l'ensemble, ça fonctionne plutôt bien.

mercredi 7 août 2019


La Nuit des Vers Géants

La Nuit des Vers Géants (1976)

C'est pas l'chef d'oeuvre c'est sûr mais ça n'manque pas de charme. Y a une ampleur dans la débilité et le gore qui fait plaisir à voir.

mercredi 7 août 2019


Voyage au bout de l'horreur

Voyage au bout de l'horreur (1988)

Ce film a du charme. Le grain des 80's au service du bis à base d'insectes. Et puis le délire sait se donner les moyens d'être communicatif.

mercredi 7 août 2019


Zombeavers

Zombeavers (2014)

Délire assez fun à base de VRAIES peluches. Et puis cette métamorphose qui fait l'apogée du truc, un bonheur. Fait penser à The Nest de 88.

mercredi 7 août 2019


Arachnophobie

Arachnophobie (1990)

A ce jour le top du genre à huit pattes. Toi aussi tu te grattes partout quand tu le regardes et c'est une première preuve de réussite. Reste que Marshall soigne sa mise en scène, mijote sa montée en tension, ajoute un zeste de bonnes idées et offre un ensemble très plaisant.

mercredi 7 août 2019


Terminator 2 : Le Jugement dernier

Terminator 2 : Le Jugement dernier (1991)

T1 est un classique du slasher, T2 un classique de la SF. La traque brutale et la quête d'identité. Deux styles, deux chefs d'oeuvres.

mercredi 7 août 2019


Terminator

Terminator (1984)

Accouché d'un cauchemar, ça en a la saveur anxiogène. Magnifié par une technique au top qui ne fait que prendre en valeur avec le temps.

mercredi 7 août 2019


Evil Dead

Evil Dead (1981)

Avec des teintes encore sérieuses, le film et sa caméra enragée annoncent déjà les délires euphoriques de ses deux petits frères.

lundi 5 août 2019


Alien, le huitième passager

Alien, le huitième passager (1979)

Art de la suggestion. Un film qui sait utiliser la technique de son temps pour sculpter une obscurité terrifiante. Impensable aujourd'hui ?

lundi 5 août 2019


Batman et les Tortues Ninja

Batman et les Tortues Ninja (2019)

Personnages pas assez creusés mais quelle efficacité dans l'action ! Qu'elles sont classes les tortues quand elles ont le droit au sang.

samedi 27 juillet 2019


Sweet Country

Sweet Country (2017)

Western dans des paysages australiens sublimes. Tentatives de mise en scène bancales mais honorables et message simple mais bien illustré.

samedi 27 juillet 2019


Us

Us (2019)

L'impression que ça ne tire pas totalement partie de l'idée de départ. Rythme bancal. Beau final. Peele compose encore de superbes images.

vendredi 26 juillet 2019


Crawl

Crawl (2019)

Trop classique et convenu pour être à la hauteur de ce qu'on pouvait attendre d'Aja. Mais il a l'air de s'être amusé, c'est déjà ça.

jeudi 25 juillet 2019